Logiciels Libres : qu’en est-il de l’expérience utilisateur ?

Les logiciels libres présentent des avantages considérables sur de nombreux plans, tant au niveau éthique, que pratique. Les libertés fondamentales de chacun sont préservées, les données ne sont pas exploitées malignement, l’esprit du partage de connaissances et d’accessibilité des logiciels est omniprésente, etc. Il y a même un gros avantage financier pour tous ceux qui ne seraient pas convaincus pas ces arguments ! Ils devraient donc être utilisés par le plus grand nombre, étant donné surtout qu’ils sont efficaces, produisent un résultat de qualité, le tout dans une démarche éthique, et en restant dans des coûts faibles, voire nuls. Cependant, force est de constater que ce n’est pas (encore) le cas. Moi-même ne les connaissais pas il y a encore quelques mois.

De nombreuses raisons que je ne traiterai pas ici peuvent être avancées devant ce problème, mais je pense qu’une partie de ce problème réside dans les interfaces. En effet, novice que je suis, de nombreux logiciels qu’on nous a présenté manquent pour moi d’une chose : un design plus attractif et plus intuitif qui permettraient non seulement une prise en main facilitée mais aussi une expérience utilisateur grandement améliorée.


L’expérience utilisateur ou UX (User eXperience) est un concept diffusé dans les années 90. Selon la norme iso ISO 9241-210, cela correspond aux « réponses et perceptions d’une personne qui résultent de l’usage d’un produit, d’un service ou d’un système ». Concrètement, c’est un concept issu des sciences humaines et de l’approche ergonomique qui évalue la satisfaction et le ressenti de l’utilisateur face à l’utilisation de fonctions. Elle a pour objectif de les évaluer sur le fond, la forme, mais aussi sur la visibilité et l’accessibilité, ainsi que sur l’impact de tout cela sur le diffuseur. Pour faire simple, elle essaye de rendre les logiciels (entre autres) plus utilisables, plus désirables, plus navigables, plus accessibles, et plus crédibles. La valeur globale du logiciel se voit fortement augmenter grâce à cet ensemble de qualités. C’est toute cette approche-là qui me semble manquer dans beaucoup de logiciels libres. Ils sont difficiles à utiliser, parfois même l’installation est déjà très complexe. Les fonctionnalités sont bien présentes mais difficiles d’accès , les interfaces assez peu intuitives.

De nombreuses personnes et organismes se sont penchés sur la question de l’UX et de sa place dans les logiciels libres. Par exemple, en 2014, l’incubateur numérique NUMA s’est intéressé au logiciel Tail, un logiciel qui a pour but de préserver vie privée et anonymat, en garantissant un haut niveau de sécurité. Un logiciel très intéressant donc, mais qui faisait un constat : les utilisateurs avaient du mal à l’utiliser. NUMA leur est venu en aide et a ainsi mis en place toute une batterie de tests et d’analyses avec le but d’améliorer l’expérience utilisateur. Des solutions ont été étudiées pour repenser l’utilisation du logiciel, depuis l’installation, au site web, jusqu’au cœur des interfaces.

Des initiatives telles que celles-ci existent donc bien, mais restent relativement rares.
Au final, est-ce que le design et l’expérience utilisateur d’un logiciel sont plus importantes que son fonctionnement, son efficience, me direz-vous ? Non, mais pourquoi choisir entre les deux ? Si les logiciels libres sont destinés au public, n’y gagneraient-ils pas à améliorer ces points et ainsi se rendre plus facilement utilisables, et donc par extension sûrement plus utilisés ?

 

Renseignez-vous et prenez part au débat :

  • http://ux-fr.com/experience-utilisateur-definition/
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_utilisateur
  • http://romy.tetue.net/ux-et-logiciels-libres-retour-d-experience-tails