Pour une poignée de serious games

Parce que les serious games, c’est bien. Des fois.

Ça y est. L’été approche et vous sentez de minute en minute les effets du réchauffement climatique.

Quelle joie !

La chaleur moite vous retient collé à votre siège ?

Tant mieux ! Je vous propose donc quelques serious games (NON, NE FUYEZ PAS !) pour vous occuper durant votre stage (au moins vous donnerez l’impression de faire quelque chose).

Les trois jeux que je vous présente ici ont la particularité de parler de sujets pas forcément simples d’accès. Chacun de ces serious games aborde à sa manière des thèmes liés au fonctionnement de la société, à la politique et … *TADAM* à la communication.

Jeu d’influence

Créé par France 5, « Jeu d’influence » est accessible en ligne depuis mai 2014.

Dans ce petit jeu narratif vous incarnez Louis, le chef d’une entreprise de BTP écologique : Habinat.

Lorsque le jeu démarre, vous revenez en France suite à un voyage à l’étranger. Après une courte introduction, vous êtes prévenus du suicide d’un de vos proches collaborateurs. Les journalistes étant déjà avertis de l’affaire, vous vous retrouvez contraint de faire appel à un Spin Doctor.

Et c’est là, l’intérêt principal du jeu : découvrir le rôle de ces spécialistes de la communication de crise et l’envers du décors d’une grosse entreprise (qui ne sera pas sans rappeler certaines polémiques réelles de ces dernières années).

Vous devrez alors gérer les différents aspects de la vie de votre personnage et les acteurs qui vous entourent pour vous sortir au mieux de cette situation. Vous découvrez alors petit à petit l’influence de chacun de vos choix de communication et les répercussions sur votre entreprise et votre vie personnelle.

Trois jauges permettent ainsi d’afficher votre stress, la confiance de votre spin doctor et une dernière liée à l’UBM (Unité de bruit médiatique). À vous donc de concilier ces différentes données.

Jeu d'influence screenshot - France 5Si la narration du jeu peut paraître sommaire (à travers des tableaux figés et des bulles de textes faisant office de narrateur, le tout entrecoupé de dialogues enregistrés et de quelques musiques d’ambiance), on peut dire que l’atmosphère est globalement réussie et nous immerge dans l’univers pas toujours rose d’un chef d’entreprise dans la tourmente. Le scénario n’hésite pas à partir dans la fiction complète tout en faisant référence à des médias ou à d’autres affaires réelles, permettant d’ancrer cette histoire dans la réalité.

Pour terminer totalement l’histoire, pensez à vous libérer un peu de temps pour vraiment en profiter et faire les bons choix.

« Jeu d’influence » est disponible à cette adresse : http://jeu-d-influences.france5.fr/

Le bon, la brute et le comptable

Pourquoi ne pas maintenant vous plongez dans le quotidien d’un élu local ?

Découvrez les joies des petites magouilles, de la corruption, des pots de vin, des conflits d’intérêts, de la frontière de plus en plus floue entre enjeux publiques et entreprises privées… Et la place très relative de l’éthique dans tout ça.

En tout cas, c’est ce que propose « le bon, la brute et le comptable ». Jeu financé par la commission européenne afin d’avertir le public sur les différentes méthodes de corruptions des élus à un niveau local.

Ce serious game prend également la forme d’un jeu narratif. Cette fois, toute la narration passe par un échange écrit (semblable à une conversation sur un réseau social ou dans un logiciel de messagerie instantanée).

Ici, aussi on retrouve trois jauges : risque légal, méfiance des industriels et risques politiques.

Assez simple et rapide à finir, à condition de mettre sa conscience morale de côté, « Le bon, la brute et le comptable » se finit en quelques dizaines de minutes. Vous y apprendrez à coup sûr, deux ou trois choses sur les subtilités du droit et de l’administration.

« Le bon, la brute et le comptable » est disponible ici : https://jplusplus.github.io/the-accountant/fr.html#/

Fort McMoney

Pour terminer, un classique.

Fort McMoney est un « jeu-documentaire » créé par un journaliste français et disponible depuis 2013.

Ce jeu s’intéresse à la ville de Fort McMurray (Canada), la troisième réserve mondiale d’hydrocarbure.

Le but est bien de sensibiliser les joueurs à l’impact de l’industrie des sables bitumeux sur l’écologie, la société et l’économie de cette région. Mais ici, pas question d’asséner un message de force comme on le retrouve souvent dans les documentaires au parti pris trop prononcé et manquant de recul.

L’intelligence de Fort McMoney est de réutiliser le système de jeu type « point-and-click» : le joueur est face à des plans (filmés ou photographiques) avec lesquels il peut interagir. Parfois en cliquant sur des objets du décor (lui en apprenant davantage sur la ville et ses priorités) mais la plupart du temps en parlant directement aux différents acteurs (conscients ou non) de leur situation.

Au cours de votre voyage dans la ville, vous découvrirez le quotidien et les préoccupations de ses habitants, qu’ils soient SDF, simples travailleurs, lobbyistes ou élus… à travers des témoignages réels des habitants de Fort McMurray.

« Plus vous explorez la ville, plus vous accumulez des points qui vont accroître votre influence sur Fort McMoney. Votre expérience est collective, avec des internautes du monde entier. Allez à la rencontre des acteurs de la ville et obtenez des réponses dans des face-à-face avec eux, parlez à tout le monde ; pro-industrie, laissés-pour-compte, lobbyistes ou militants. Chaque question que vous posez conditionne la suite du dialogue. Participez à des événements locaux, roulez sur des ponts de glace, tentez d’entrer dans une mine d’extraction de pétrole ultra-sécurisée, et plus encore. Quand vous parcourez la ville, prenez votre temps. Fouillez partout. Ramassez des indices. Poussez des portes. Et n’oubliez pas de débattre : plus sûr moyen de changer le monde. » – Libération

À partir de là, à vous de faire vos propres déductions et de faire entendre vos opinions à travers le vote. Ce dernier a une vraie influence sur la manière dont va évoluer la petite ville.

Une démarche bien pensée donc et non-manichéenne. Le joueur est libre de forger sa propre opinion au fur et à mesure de ses rencontres.

Une méthode qui n’est pas sans rappeler « The Wire », série télévisée d’HBO écrite elle aussi par un journaliste, souvent reconnue comme la meilleure du monde. Dans cette série, le spectateur n’est pas guidé et les intrigues incluent toutes les catégories de personnages (dealer, junkies, politiciens, syndicalistes, travailleurs, policier, médias, école…), sans jugement, la ville étant le personnage principal.

Cette démarche a le mérite de faire prendre conscience au spectateur par lui-même les problèmes liés à l’impact de la drogue, au dysfonctionnement du système, au rôle de l’argent sur la société, à la guerre des chiffres que se livre les gradés, à l’inefficacité des solutions apportées par les institutions, à la corruption et au conditionnement que subissent les plus faibles…

Fort McMoney c’est donc très bon mais assez chronophage… et entièrement en anglais.

Pour jouer à « Fort McMoney » c’est par ici : http://fortmcmoney.com/#/fortmcmoney

 

Voilà. Maintenant, RETOURNEZ BOSSER !

Damien Bétemps, CoLibre 2017