Rencontre RezoGirls 2017

Le 05 décembre dernier s’est tenue la 7e rencontre des RezoGirls, un événement créé par Rézopole et dédié aux femmes qui travaillent dans la filière IT régionale. Nous y étions et voici venu le temps pour nous de vous donner notre retour sur cet événement.

Nous sommes quatre étudiantes Colibriennes à entrer dans le local de l’association French Tech de Lyon. On s’installe et le débat commence, animé par une représentante de Rézopole, en présence d’Elisabeth Moulin (créatrice de « Valeur d’Être »), de Jessica Rolland (auteure de « Objectif Digital Detox ») et de Kévin Delfour (ingénieur en développement informatique et inventeur du drone sous-marin i-Bubble). Le thème de ce soir : Le bien-être au travail à l’air du numérique.

À la question « Comment avez-vous vécu l’arrivée d’Internet dans votre vie ? », on retiendra des trois intervenants que l’idée d’être connecté.e à une mine d’informations et au monde entier a engendré des possibilités infinies de faire ce que l’on veut, de lancer son entreprise, de discuter sur des sujets qui nous tiennent à cœur ou d’acquérir des connaissances et compétences.

« Quel avenir pour le numérique ? » Le numérique évolue à une vitesse affolante et, dans un futur proche, « tout sera connecté, de votre brosse à dents à votre peigne », selon Kévin Delfour. Cela nous a amener à évoquer des questions juridiques, spécialement les questions de la neutralité du net (remise en cause ces temps-ci aux États-Unis), de la vie privée et du droit à l’oubli.

À la question « Qu’a apporté le numérique dans vos vie personnelles ?», pour rester dans le positif, on se souvient de nos intervenants que c’est cette possibilité d’indépendance qu’offre le numérique, notamment du point de vue entrepreneurial qui a eu un enjeu dans leurs vies. Jessica Rolland n’a cependant pas oublié de souligner les limites de l’utilisation excessive des outils numériques, en partageant son expérience d’ancienne addicte des réseaux sociaux, la façon dont on peut vite en devenir dépendant.e et avoir du mal à se « reconnecter à la réalité ». Sans omettre la question des enfants et de leur rapport à ces outils qui peuvent être dangereux.

Vient le moment des questions, l’occasion pour nous de poser la nôtre : « Que pensez-vous des logiciels libre ? » à laquelle Elisabeth Moulin a répondu qu’elle trouve cela « merveilleux qu’une communauté travaille, partage et participe à améliorer les outils d’Internet ». Kévin Delfour a rebondi en évoquant la question des alternatives aux logiciels propriétaires, citant en exemple Mastodon. En revanche, le terme de libre a rapidement changé pour passer au terme « Open Source », ce qui nous montre que la différence entre ces deux notions est encore un peu mal comprise.

Pour conclure, ce que l’on retiendra de cet échange, c’est la pertinence du débat et de la problématique exposée à une époque où toutes ces questions se posent. Le numérique est une belle possibilité de devenir indépendant.e et de s’épanouir dans sa vie professionnelle en passant, par exemple, par le télétravail. Nos intervenants ont fait preuve d’ouverture d’esprit et n’ont pas hésité à communiquer les enjeux politiques et sécuritaires qu’engendre tout cela, spécialement autour des questions juridiques (droit à l’oubli, nouvelles lois autour du numérique…), ce que l’on a beaucoup apprécié. On retient aussi qu’en tant que colibrien.ne.s, on a encore un peu de travail à faire pour informer nos concitoyens sur les différences entre le libre et l’Open Source… Et enfin, le buffet qui a permis d’échanger et de se rencontrer !