Des réseaux sociaux connectés et protégés?

Qu’est ce qu’un réseau social décentralisé?

Un réseau est un ensemble interconnecté. Un réseau décentralisé permet d’organiser les informations dans plusieurs serveurs: par exemple, on utilise ce type de réseaux lorsque l’on a un site en France, et un aux Etats Unis. Ces réseaux furent pensés comme décentralisés, pour Monsieur et Madame Tout le monde (en effet, ils ne nécessitent pas de connaissances informatiques poussées). Le but était d’offrir à tous, la possibilité d’échanger librement avec leurs proches (ou autres), grâce à une interface sociale, simple à utiliser et à déployer.

Les plus célèbres modèles de réseaux informatiques décentralisés, sont ceux qui sont utilisés, dans les systèmes de partage de fichiers, basés sur un système de peer-to-peer (P2P). Le P2P autorise plusieurs ordinateurs à communiquer via un réseau, à partager simplement des objets ou des fichiers, mais également des flux multimédias, des services…

L’immense succès des réseaux sociaux a cependant sa face cachée: il s’appuie sur le captage, et recense des données personnelles des utilisateurs. De ce fait, les problèmes liés à la protection de la vie privée et des informations personnelles, sont au coeur des interrogations des usagers. Ainsi naquit le concept: développer un réseau social « open source, contrôlé, respectueux de la vie privée, et multifonction ». En bref, les utilisateurs hébergent leur profil, le partagent avec un groupe de personnes sélectionné.

Quelques réseaux sociaux décentralisés :

Status.net : Fonctionnellement, c’est correct, un peu lent mais l’interface n’est pas accrocheuse: ce n’est pas agréable à utiliser. Les usagers font remonter énormément de bugs. De plus, il ne permet pas de sauvegarder ses messages, d’après ce que j’ai compris, seulement les paramètres de son profil.

images

Diaspora : Esthétiquement, ce n’est pas mal.Mais les utilisateurs chevronnés déplorent de ne voir apparaître aucune amélioration. L’éditeur de message ne défile plus après quelques lignes, et l’ergonomie générale est précaire. Bref, Diaspora c’estjoli, ça donne envie… mais ce n’est pas encore au point.

Friendica : Des fonctionnalités qui donnent envie (surtout avec l’intégration de Chat avec Jappix). D’après ce que j’ai lu, c’est facile à installer sur un serveur. Mais l’interface est déplorable et n’attire pas la clientèle si je peux me permettre.

hello_cloud_front

Movim (projet français) : My Open Virtual Identity Managerest un réseau social sous logiciel libre open source et décentralisé qui se veut respectueux de la vie privée et des données personnelles de ses utilisateurs. Il fonctionne également grâce au protocole XMPP, garantissant ainsi une décentralisation totale des informations. Basé comme un soft peer to peer, les données restent en local. Le souci, c’est qu’il faut monter ça sur son serveur web personnel, et tout le monde n’en possède pas un.

Le plus grande inquiétude pour ces projets de réseaux sociaux libres décentralisés, est de savoir si les utilisateurs seront prêts à migrer vers une autre plate-forme, où la prise en main, et les bénéfices d’utilisation sont un peu moins immédiats. La valeur ajoutée offerte par ces projets étant, la possibilité pour les utilisateurs de générer leur propre serveur abritant les données de leur profil. Dans l’absolu, il s’agit de projets un peu utopiques, car pour n’importe quel type de réseau social, même si les données sources restent sur un serveur personnel, quiconque accédant à notre profil (nos données visibles) peut les récupérer.

Sources: – Image > http://doc.ubuntu-fr.org/reseau social – diaspora – movim

Sources d’inspiration: – Le matou d’internet – Wikipédia – http://free.korben.info/index.php/R%C3%Réseaux_sociauxhttp://doc.ubuntu-fr.org/reseau_social – Conférence des JDLL de Jaussoin Timothée sur le projet Movim