Anciens élèves : Que sont-ils devenus ?

En tant qu’étudiante de la promo CoLibre 2023, j’étais curieuse de connaître le parcours professionnel des anciens élèves après la Licence. J’ai donc interviewé 3 d’entre eux, afin d’en apprendre un peu plus.

Marina :

Marina est issue de la promo 2019. Après un DUT MMI, elle décide d’intégrer la licence professionnelle CoLibre pour découvrir les logiciels libres.

De la formation, elle retient surtout l’aspect humain. Elle explique que l’ambiance colonies de vacances se mélange à beaucoup d’entraide entre les étudiants. Pour elle, CoLibre reste un excellent souvenir, elle garde d’ailleurs toujours contact avec certains élèves de sa promo.

Marina dit avoir beaucoup apprécié les travaux de groupe, et surtout le fait que les équipes changent très régulièrement. De cette façon, elle a été amenée à travailler avec chacun des membres de sa classe, ce qui a contribué à consolider leurs liens.

Après la formation, Marina a décidé de continuer ses études. A la suite d’un master 1 peu apprécié dans l’hypermédia, la création numérique et le développement, elle se lance dans un master 2 en conception multimédia au sein de l’Université Lyon II.

Elle trouve son travail actuel quelque temps après son master, via une annonce sur internet. Aujourd’hui, elle est UI/UX designer chez Ascanio, une petite entreprise spécialisée dans la transformation et l’accompagnement digital, basée sur Grenoble. Elle affirme beaucoup aimer son travail, et son entreprise à l’ambiance Start-up, aux horaires spéciaux et au rythme intense.

Elle dirait aux personnes qui hésitent à faire la formation d’arrêter d’hésiter ! Elle comprend que les logiciels libres puissent faire peur, car ils s’opposent au grand empire qu’est Adobe. Cependant, elle affirme qu’il faut faire confiance au corps professoral et aux nombreux travaux pratiques qui préparent bien au milieu professionnel.

Julien :

Julien fait partie de la promo 2010/11. Après un parcours scolaire mouvementé, à base d’un DUT service et réseaux de communication ou encore d’une licence communication électronique des collectivités territoriales, il rejoint CoLibre en 2010, intéressé par cette licence orientée sur un domaine qui le passionne : les logiciels libres.

Tout comme Marina, Julien retient avant tout la bonne ambiance de classe, malgré le fait qu’il n’ai pas gardé contact avec ses anciens camarades. Il affirme que le contenu de la licence était très intéressant et lui a beaucoup plu.

Après un stage dans l’administration système, on lui propose un CDI. Il reste donc dans la même entreprise pendant 6 ans. Par la suite, il est embauché chez Enercoop, où il fait toujours de l’administration système, mais cette fois, avec une forte dominance des logiciels libres, même au niveau des postes de travail.

Il dirait aux personnes qui hésitent à faire CoLibre de ne pas faire cette formation « par défaut ». L’intérêt pour les logiciels libres n’a pas besoin d’être immédiat, car il y a beaucoup de préjugés à ce sujet, mais il faut absolument être ouvert à l’idée. Il affirme que l’intérêt viendra très certainement avec le temps.

Laura :

Laura est issue de la promo 2018. Avec un parcours atypique, elle découvre CoLibre après une volonté de réorientation professionnelle.

Après un bac littéraire option langues étrangères, Laura fait un DUT Information-communication option métiers du livre. Elle occupe plusieurs postes avant de devenir documentaliste. Quelques années plus tard, après un bilan de compétences, elle décide de se réorienter en tant que chargée de communication. C’est là qu’elle tombe sur CoLibre, et décide de suivre la formation tout en gardant son poste grâce au congé individuel de formation (CIF)..

Après la formation, elle quitte son travail et trouve un poste de chargée de communication dans la SCOP Dalibo, qui propose du support, de la formation et du conseil dans le domaine des SGBD. Ses missions sont diverses, et toutes en lien avec ce que l’on apprend à CoLibre : événementiel, alimentation du site web, relations presse, création de goodies… Elle fait aujourd’hui partie des salariés associés de l’entreprise.

Comme les autres, la première chose que Laura retient de la Licence Pro est l’ambiance de classe. Elle affirme que tous les profils étaient très différents, mais très complémentaires. Elle retient également l’équipe pédagogique, très présente et bienveillante. Elle a cependant eu des difficultés à assurer les nombreux devoirs, à cause du cumul des cours, des trajets en train et de son travail.

Elle dirait aux personnes qui hésitent que CoLibre est une licence unique en son genre, avec des matières très différentes et complémentaires, ainsi qu’une méthode pédagogique basée sur l’autonomie et la capacité à collaborer des élèves. Elle remarque que les logiciels libres sont en plein essor, et que beaucoup d’entreprises se mettent à l’open source. Il ne faut donc pas hésiter à ce sujet, car les maîtriser sera un atout qui permettra de vous différencier dans le milieu professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.