Les bonnes résolutions sont à l’honneur chez LibreOffice !

En seulement 2 ans, LibreOffice a réussi à s’imposer comme l’un des principaux fournisseurs sur le marché des offres gratuites et comme un acteur incontournable de celui de la bureautique, s’opposant vaillamment au géant Windows et sa suite office propriétaire.

Si la fondation libre office avait déjà bien avancé avec le lancement de plusieurs versions et mises à jour en un temps record, elle compte cette fois-ci marquer inévitablement le coup avec sa 4.0 !

Avec cette nouvelle version, Charles Schulz, l’un des fondateurs de Libre Office, entend bien « marquer la séparation avec le passé », autrement dit  avec Open Office.

Des versions release candidate sont à venir dans les prochaines semaines et la version finale de LibreOffice devrait sortir le mois prochain.

Voici un avant-goût des nouveautés à venir…

 Nouvelle Interface

Pour marquer cette rentrée, Libre Office a décidé de couper les ponts avec OpenOffice en se débarrassant de son statut de fork et en refondant son interface : nouveaux widgets, design plus propre  et de nouvelles opportunités pour la gestion des outils et l’amélioration de l’interface,” affirme Charles Schultz.

Nouvelle API

Il s’agit là d’une des modifications les plus importantes qui sera faite, à tel point que que les principaux changements seront vus par les développeurs plus que par les utilisateurs, juge le blogueur de ZDNet.com Steven J. Vaughan-Nichols.  Les interactions seront simplifiées, les enregistrements accélérés, les possibilités d’extensions augmentées. L’API sera plus puissante et la plus refondée depuis OpenOffice.org 1.x, promettent les développeurs de LibreOffice.

LibreOffice tient encore une fois a souligné la différence avec OpenOffice qui, de son côté, peine à conserver une dynamique importante dans la communauté, rappelle Steven J. Vaughan-Nichols.

Interactivité avec d’autres applications

Pour les utilisateurs de Debian et d’Ubuntu Linux, une nouvelle implémentation du pilote Mork permettra d’accéder au carnet d’adresses de Thunderbird, le logiciel de messagerie de Mozilla.

Pour les fans de Firefox, il sera désormais possible de coller sur LibreOffice les thèmes du célèbre navigateur à partir de la boite de dialogue, en toute simplicité !

Enfin, on comptera sur un filtre d’importation pour les fichiers Microsoft Publisher, qui permettra de les afficher dans LibreOffice aussi bien que dans Publisher.

Nouvelle licence

Dernier point, et pas des moindres,  une double-licence GNU LGPL 3.0 et Mozilla Public License (MPL) 2.0 sera appliquée sur Mac OS et Windows. Seule la version Linux restera pleinement sous licence GNU LGPL 3.0.

Selon the Document Foundation, ce changement permettrait d’une part d’intégrer la nouvelle version plus facilement au sein des différentes places de marché logicielles (App Store d’Apple, Windows Market, et bientôt Google Play et App Store d’iOS). D’autre part, la licence MPL 2.0 qui  permet d’inclure des licences Apache (AGPL 3.0), facilitera l’incorporation d’éventuelles améliorations et nouvelles fonctionnalités développées au sein du projet OpenOffice.

 

Un commentaire

  1. L’article serait pas mal si l’introduction ne comportait pas de graves contre-sens :
    “En seulement 2 ans, LibreOffice a réussi à s’imposer comme l’un des principaux fournisseurs sur le marché des offres gratuites et comme un acteur incontournable de celui de la bureautique, s’opposant vaillamment au géant Windows et sa suite office propriétaire.

    Si la fondation libre office avait déjà bien avancé avec le lancement de plusieurs versions et mises à jour en un temps record, elle compte cette fois-ci marquer inévitablement le coup avec sa 4.0 !”

    – LibreOffice n’est pas un fournisseur mais un logiciel. Peut-on parler de fournisseur dans le libre ? Le développement est réalisé au sein d’une fondation : “The Document Foundation”.
    – La caractéristique principale n’est pas que le logiciel soit gratuit, mais libre. D’ailleurs, certains sites n’hésitent pas à le vendre, ce qui peut être immoral mais pas illégal.
    – Windows n’est pas un géant et un concurrent, ni de LibreOffice, ni de The Document Foundation. Le concurrent serait Microsoft avec sa suite MS Office. Je crois que plus de 85 % des copies de LibreOffice fonctionnent sous les diverses versions de Windows. Windows est donc un support de LibreOffice.
    – La fondation n’est pas “libre office” mais The Document Foundation.

    Les étudiants en communication doivent apprendre à être précis :-)

    Cordialement.

    JYR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.