Les CHATONS expliqués à ma grand-mère

Toi qui touches de près ou de loin le monde libriste, tu n’es pas censé.e ignorer l’existence des CHATONS. Si ? Pas de panique, on va régler ça. Récemment, la cinquième portée de CHATONS à vu le jour et ça me tenait à cœur d’en parler à ma grand-mère. Retour sur la conversation que j’ai eue avec elle pour lui expliquer le pourquoi du comment de l’existence de ces petits félins sur la toile.

Par un bon dimanche midi, entre le plat et le dessert que ma magnifique grand-mère a concocté, je sombre dans un demi-sommeil post-repas quand, soudain, dans un élan d’énergie, j’ose lui poser cette question :

« Mamie, sais-tu ce que sont les CHATONS ? »

Mamie : « Sont-ce ces adorables boules de poils qui font miaou ? »

Moi : « Bien tenté, mais non, il ne s’agit pas de ça.

CHATONS, ça veut dire Collectifs des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires »

Mamie : « Je ne comprends rien »

Moi : « Tu sais, ce bon Baeckeoffe (végétarien) que tu as préparé pour ce midi ? Dedans, tu as mis des pommes de terre, des carottes et des oignons que tu es allée chercher au marché, sur la place du village. La personne qui te l’a vendue, c’est elle qui a fait pousser ces légumes sur ses terres. Elle a fait ça avec les moyens qu’elle a, ça lui a demandé beaucoup de travail et de patience pour mettre ces légumes dans nos assiettes. Et c’est chouette, parce que toi, tu es contente d’avoir des légumes de qualité, produits par quelqu’un que tu connais et avec qui tu peux discuter. En contrepartie, la personne à qui tu achètes ces légumes est heureuse d’avoir pu te rendre ce service et de se dire que les efforts qu’elle a produit pour te nourrir sont récompensés.

Et si tu avais acheté ces légumes dans une grande surface ? Tu ne connais ni leur provenance, ni la personne qui les a cultivé. Ils ont probablement poussé sur des sols arrosés au pesticides avec des millions d’autres légumes sur des champs immenses. Sans compter que ce sont probablement des personnes mal payées, qui travaillent pour de grands patrons, qui eux-mêmes ne respectent pas la qualité de leurs produits, ni de leurs travailleu.r.se.s. Tu ne connais pas réellement l’origine ni l’histoire de ces légumes. Et du coup, ça rend ton Baeckeoffe un peu moins bon – et toi un peu plus dubitative quant à la question de l’éthique. »

Mamie : « Où veux-tu en venir ? Dois-je mettre des CHATONS dans mes plats pour qu’ils soient meilleurs ? »

Chaton en entraînement

Moi : « Bien sûr que non ! Enfin si. Repenses à tout ce que je t’ai expliqué juste avant. Imagine que, ton Baeckeoffe, ce soit ton ordinateur. Tout ce que tu mets dans ton plat – tes carottes et tes oignons, par exemple, ce sont des logiciels. Et le fermier qui t’a fourni ces légumes, c’est l’hébergeur qui te fourni des logiciels.

Internet est comme un immense marché : tu as le choix de chercher tes produits dans les grandes surfaces gérées par des multinationales qui n’ont pour but que la recherche du profit, et qui ne respectent pas vraiment la qualité des produits qu’elles vendent, ni ta santé. Ou bien, tu peux aller chez le paysan du coin qui met du cœur dans ce qu’il produit, et avec qui peux interagir. Sur Internet, tu as le choix d’utiliser les services de multinationales qui, parce qu’elle ne sont intéressées que par l’argent, te volent tes informations pour les revendre, à l’image des grandes surfaces qui te vendent des légumes suspects. Ou bien tu peux utiliser les services de l’hébergeur du coin qui respecte ta vie privée et qui t’offre ces services dans le seul but de te permettre de garder tes informations pour toi et toi seule, dans un souci d’éthique et de solidarité. Tu vois, être humain, c’est surtout ça ! C’est s’aider et se respecter les un.e.s les autres, et essayer de bâtir un monde meilleur ! Et ça, ça passe aussi par Internet.

Tu comprends ? »

Mamie : « M’oui, dans les grandes lignes. Ça ne m’explique pas vraiment ce que sont les chatons »

Moi : « Eh bien, les chatons, ce sont les petits fermiers d’Internet. Ce sont eux qui te fournissent des services respectueux de ta vie privée, éthiques, proches de chez toi, tout ça dans le but de te rendre service. Par exemple, au lieu de te créer une adresse mail chez Google, qui va lire tes courriers électroniques et moissonner toutes tes données qu’il peut, tu vas créer une adresse de courriel chez La Mère Zaclys ou IndieHoster, et bien d’autres CHATONS qui, eux, te rendent juste un service et respectent ton activité sur Internet. Et ils proposent pleins d’autres choses ! Des logiciels pour travailler en collaboration, pour de la visioconférence, de la gestion de projet, des partages de fichiers… L’offre ne manque pas et les CHATONS gagnent tous à se faire connaître.

Tu vois, Internet, c’est comme dans la vraie vie. Tu n’as pas qu’un seul choix qui s’offre à toi et tu peux décider de faire vivre cette entité comme un monde de partage, où chacun s’entraide, dans le respect de l’autre et de son environnement. Ou bien, tu peux laisser d’autres décider pour toi, par faciliter. Ou alors, décider d’être actrice d’un changement qui va dans le sens de tes valeurs et d’un Internet meilleur »

Ainsi s’achève ma discussion avec mamie, qui me sert une part de Kougelhopf. Je pense que cette petite conversation aura eu le mérite de faire rêver ma grand-mère, qui s’émerveille devant tant de solidarité.

 

Pour découvrir les CHATONS et/ou en devenir un : https://chatons.org/fr

Petites photos bonus ici et