Étiquette : associatif

«Ne jetons plus, recyclons !» La première expo’ photo de l’association La p’tite rustine

Ce lundi 25 mars, l’atelier de l’écomobilité La p’tite rustine, inaugurera dans ses locaux de l’Université Lyon2, Campus Bron Porte des Alpes, une exposition photo, retraçant les activités des associations formants la CLAVette (Coordination Lyonnaise des Ateliers Vélo participatifs et solidaires). Cette exposition reviendra sur La Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD), pendant laquelle les différents ateliers vélo lyonnais organisaient leurs “apéros démontages”. Ces ateliers ont lieu chaque année début novembre, et permettent aux débutants comme aux plus initiés de profiter d’un moment de partage, de détente et de bricolage. Les bénévoles et adhérents s’y retrouvent pour démonter des vélos détournés de la déchetterie, récupérer les pièces pour remettre en état d’autres vélos et ainsi participer à la réduction des déchets, à la lutte contre le gaspillage. Les ateliers d’auto-réparation de vélo permettent, le restant de l’année, une plus grande facilité d’accès au vélo par l’aide à la remise en état par soi-même de sa monture. « Ne jetons plus, recyclons ! » C’est le mot d’ordre de cette exposition qui mettra en lumière cette initiative écocitoyenne locale. Les Bikers de l’Insa, Le chat perché, Change de chaîne, La P’tite rustine, atelier Tri-cycle et Janus France forment ensemble les ateliers de la CLAVette. “Vous serez surpris de voir les liens fraternels et sororels qui peuvent se tisser entre les individus autour du vélo, ce simple objet du quotidien.” Rémi – Co-fondateur et président de La ptite rustine Au programme : Une trentaine de photographies à découvrir dans une ambiance

Continuer la lecture

Le libre c’est bien, mais dans l’assiette, comment mieux consommer ?

De nombreuses alternatives aux supermarchés ont vu le jour ces dernières années. Limiter l’impact des transports sur l’environnement, valoriser l’économie locale, manger de saison et donc mieux, et tout ça en même temps, c’est possible ! Alors comment faire ?   Les AMAP Tout d’abord, il y a les AMAP. Quésako ? Ce sont des Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. Il suffit d’adhérer puis de s’engager sur une période de 6 mois à 1 an à acheter un panier de produits hebdomadaire. Le prix quant à lui est fixé à l’avance, afin de permettre aux producteurs de vivre de leur travail. Les AMAP sont gérées par les adhérents, et il en existe un peu partout dans la région. Quelques AMAP par région : http://amapj.fr/carte.html Les AMAP en Auvergne-Rhône-Alpes : http://amap-aura.org/je-cherche-une-amap/   Les ruches Un peu dans la même idée que les AMAP, les ruches permettent de se mettre en lien avec des producteurs locaux et de leur commander divers produits via internet, pour ensuite récupérer la commande lors de marchés organisés par les responsables de ruches. Pour trouver la ruche la plus proche de chez soi : https://laruchequiditoui.fr/fr   Autres alternatives D’autres alternatives existent, comme Cagette, plateforme qui recense des AMAP et producteurs locaux, et où il est possible de passer commande. Libre, sans commission, la plateforme vit des formations qu’elle propose aux producteurs. https://www.cagette.net/ https://app.cagette.net/group/map?address=lyon Le collectif Raccourci, est un collectif de circuits courts de l’économie solidaire dans la région lyonnaise, qui inventorie des lieux où retirer des paniers agricoles locaux.

Continuer la lecture

Les lieux alternatifs du quartier de la Guillotière

Le quartier de la Guillotière (La Guill pour les intimes) est un quartier historique de Lyon, situé majoritairement dans le 7ème arrondissement de la ville, avec une partie dans le 3ème arrondissement. Ce quartier est réputé pour sa grande mixité sociale et culturelle. La Guillotière a connu nombre de vagues de migrations, tout d’abord la migration italienne durant le XIX° siècle, puis des vagues de migrations de populations originaires du Maghreb, de Turquie, d’Arménie et aussi d’Asie durant le XX° siècle. Aujourd’hui, l’immigration a ralenti et elle concerne principalement les populations d’Europe de l’Est. Le quartier de la Guillotière est donc un quartier très populaire, qui a été réputé comme “dangereux” ou “malfamé” pendant bon nombre d’années. Cependant, la Guillotière connaît un renouveau depuis une dizaine d’années. Comme on a pu l’observer pour le quartier de la Croix Rousse, la Guillotière a vu une partie de ses habitants changer peu à peu. Aujourd’hui, aux familles issues de l’immigration ou de classes sociales plutôt basses, c’est ajoutée une population de classe moyenne supérieure (certains disent que la Guill s’est Boboïsé) ainsi que d’étudiants (Université Lyon 2 et 3 sur les quais du Rhône).

Continuer la lecture