Catégories
Médias

L’eco-branding

Le développement durable est une question de société dans notre monde contemporain. Nous voyons de nombreuses initiatives dans les gens, les choses et les régions géographiques. Mais nous ne le voyons pas encore dans l’image de marque. Cet article propose une image de marque plus écologique, une nouvelle approche du processus de conception de la marque.

Comment réduire le nombreux de produits estampillés avec un logo, une couleur, une typographie, ou une image qui consomme de l’encre, de l’espace serveur et de l’énergie ?

Catégories
Univers libre

Colibris : changer de mode de vie en commençant par agir localement

Créer un jardin partagé, une ferme bio, un circuit d’approvisionnement auprès d’agriculteurs locaux, un éco-hameau, un système de troc, une monnaie locale, une ferme pédagogique, une école alternative, un lieu d’habitation produisant son énergie, etc.: la liste des projets correspondant à la démarche des « colibris » est longue et variée.

Catégories
Colibre, la Promo Conférences, débats, ateliers Univers libre

«Ne jetons plus, recyclons !» La première expo’ photo de l’association La p’tite rustine

Ce lundi 25 mars, l’atelier de l’écomobilité La p’tite rustine, inaugurera dans ses locaux de l’Université Lyon2, Campus Bron Porte des Alpes, une exposition photo, retraçant les activités des associations formants la CLAVette (Coordination Lyonnaise des Ateliers Vélo participatifs et solidaires).

Cette exposition reviendra sur La Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD), pendant laquelle les différents ateliers vélo lyonnais organisaient leurs “apéros démontages”. Ces ateliers ont lieu chaque année début novembre, et permettent aux débutants comme aux plus initiés de profiter d’un moment de partage, de détente et de bricolage.

Les bénévoles et adhérents s’y retrouvent pour démonter des vélos détournés de la déchetterie, récupérer les pièces pour remettre en état d’autres vélos et ainsi participer à la réduction des déchets, à la lutte contre le gaspillage. Les ateliers d’auto-réparation de vélo permettent, le restant de l’année, une plus grande facilité d’accès au vélo par l’aide à la remise en état par soi-même de sa monture.

« Ne jetons plus, recyclons ! »

C’est le mot d’ordre de cette exposition qui mettra en lumière cette initiative écocitoyenne locale. Les Bikers de l’Insa, Le chat perché, Change de chaîne, La P’tite rustine, atelier Tri-cycle et Janus France forment ensemble les ateliers de la CLAVette.

“Vous serez surpris de voir les liens fraternels et sororels qui peuvent se tisser
entre les individus autour du vélo, ce simple objet du quotidien.”
Rémi – Co-fondateur et président de La ptite rustine

Au programme : Une trentaine de photographies à découvrir dans une ambiance festive, vous pourrez également participer à la création d’une œuvre collaborative… Sa réussite est entre vos mains.

Save the date : Vernissage à la P’tite rustine le 25 mars de 17h à 19h !

 Infos pratiques : Campus Porte des Alpes // bâtiment N4 // 5, avenue Pierre-Mendès-France // 69500 Bron // http://www.laptiterustine.fr/se-rendre-a-la-ptite-rustine/  // contact@laptiterustine.fr

Événement proposé par La ptite rustine en partenariat avec les étudiants de l’ICOM –
Licence professionnelle Colibre – Université Lumière Lyon2
http://www.laptiterustine.fr/

Catégories
Conférences, débats, ateliers

Plus que quelques jours pour soutenir la campagne de financement participatif pour les JdLL 2019

Le mois de janvier dernier, la campagne de financement participatif pour les Journées du Logiciel Libre a été lancée. Il ne reste plus que 2 semaines pour soutenir cette collecte. Pour rappel, l‘objectif de la collecte est de réunir la somme de 4000€ afin de financer l’événement : déplacement et accueil des intervenants, logistique et communication.

Catégories
Colibre, la Promo Conférences, débats, ateliers

CoLibre au Salon Primevère : Le numérique libre pour les assos et les entreprises éthiques

À l’occasion du Salon Primevère, venez rencontrer l’équipe de CoLibre. Les CoLibres d’hier et d’aujourd’hui vous présenteront ce que le libre peut apporter à votre communication si vous voulez l’harmoniser avec une approche éthique écologique, humaine et durable.

Catégories
Humour, détente, loisirs et culture Univers libre

4 projets locaux de végétalisation urbaine

Voitures, grisaille, pollution atmosphérique, façades d’immeubles maussades et identiques… Tous les habitants de grandes agglomérations connaissent ce sentiment d’étouffement vis à vis de leur environnement.

Mais qui a dit que le béton et la verdure n’étaient pas compatibles ? Les activistes, collectifs citoyens et les architectes, se creusent la tête pour intégrer la nature dans nos villes et ainsi nous permettre de mieux respirer.

A travers ces projets locaux, de petite ou de grande ampleur, vous verrez que l’utopie n’est pas si loin, et que ce genre d’initiatives pourraient bien révolutionner nos modes de vies urbains actuels.

Voici 4 projets locaux de végétalisation urbaine :

1. L’agriculture urbaine en hauteur

Toiture jardinée de Perrache

Green on the Roof est l’une des rares organisations françaises à proposer des potagers en toiture. En 2017, Groof se constitue en association, partant d’un constat d’une demande sociale importante pour l’accès à la nature et au potager en milieu urbain. Ce dispositif existe dans de nombreuse villes à travers le monde le monde, mais très peu à Lyon.

Les objectifs de Groof :

  • proposer une vision générale : en recensant les jardins et les toits pouvant en accueillir à Lyon, proposer une stratégie globale pour développer un réseau de jardins en toit complémentaires (floral, potager, médicinal…), avec notamment la question de la pérennité des financements ;
  • accompagner des projets pilotes : à l’aide d’un ou plusieurs co-porteurs de projets, accompagner la réalisation de jardins pilotes (définition des besoins, faisabilité technique, financement, réalisation, durabilité);
  • communiquer et créer un engouement citoyen.

https://groof.fr/

2. La tour végétale en projet à Gerland

« Il bosco verticale » à Milan

L’architecte Stefano Boeri a réalisait en 2014 « il Bosco verticale », deux tours végétalisées érigées à Milan. Depuis, toutes les grandes capitales internationales développent des projets similaires.

Avec plus de 21 000 végétaux, dont 843 arbres et 1500 arbustes, les tours Milanaises ont toujours fière allure.  « C’est un bien commun que la communauté d’habitants protège », explique l’architecte qui souligne que grâce à cette végétation, « le bâtiment change tous les jours, toutes les saisons, toutes les années ».

La Métropole de Lyon s’y mets donc également et projette de développer cette idée à Gerland, à proximité des Girondins. La structure de la tour sera certainement en bois et elle mesurera près de 50 mètres de haut. Le projet soutenu par le Grand Lyon sera lancé en 2020. La promesse de la collectivité est d’inclure dans cette construction « des logements conventionnés ». 

3. Les planteurs anonymes

Rue Bechevelin

La politique d’aménagement de trottoirs végétalisés avait été lancée en 2005 par la ville de Lyon. Aujourd’hui, la métropole française est leader en termes de « micro-implantation ».

Impossible de les rater. Ces petits coins de verdures fleurissent dans de nombreux quartiers fréquentés : Rues Bechevelin, Montesquieu, Pasteur, Guillotière, Sainte-Marie, rue de la Balme, de la Caille côté Montchat, ou encore du côté Paul-Bert et la Villette.

C’est une forme de « reconquête de rues » aussi parlante que le street-art, que mènent les habitants citoyens souhaitant apporter verdure et fraîcheurs aux rues bétonnées. Une façon pour  eux de se réapproprier leurs quartiers, transformant ainsi les trottoirs en espaces communautaires.

4. Les jardins communautaires urbains

Dans le même esprit, on trouve à divers endroits de la ville, des jardins partagés. Ces lieux communautaires ont chacun leurs propres règles et sont généralement gérés par des associations. Avec une cinquantaine de jardins partagés, la ville de Lyon fait encore une fois figure d’exception en France.

Au delà du bénéfice direct qu’en retirent les riverains par le biais des récoltes, ces potagers sont aussi un atout pédagogique de sensibilisation à la notion de partage ainsi qu’au respect de la nature.

Pour en savoir plus sur les jardins partagés, rendez vous ici : https://www.lyon.fr/cadre-de-vie/gestion-environnementale/les-jardins-partages

Et pour découvrir encore plus de projet écolos et urbains, c’est par là : http://www.mau-lyon.fr/

Catégories
Colibre, la Promo Conférences, débats, ateliers

Retrouvez CoLibre au salon « Aujourd’hui pour demain » Samedi 24 novembre 2018 à Lyon 3ème

Vous cherchez un événement sympa autour de l’économie sociale et solidaire ce weekend où vous pourriez nous retrouver ? Rendez-vous ce samedi 24 novembre 2018 à partir de 10h à l’Hôtel de la Métropole de Lyon.

Catégories
Humour, détente, loisirs et culture

Le libre c’est bien, mais dans l’assiette, comment mieux consommer ?

De nombreuses alternatives aux supermarchés ont vu le jour ces dernières années. Limiter l’impact des transports sur l’environnement, valoriser l’économie locale, manger de saison et donc mieux, et tout ça en même temps, c’est possible !

Alors comment faire ?

 

Les AMAP

Tout d’abord, il y a les AMAP. Quésako ? Ce sont des Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne.

Il suffit d’adhérer puis de s’engager sur une période de 6 mois à 1 an à acheter un panier de produits hebdomadaire. Le prix quant à lui est fixé à l’avance, afin de permettre aux producteurs de vivre de leur travail. Les AMAP sont gérées par les adhérents, et il en existe un peu partout dans la région.

Quelques AMAP par région : http://amapj.fr/carte.html

Les AMAP en Auvergne-Rhône-Alpes : http://amap-aura.org/je-cherche-une-amap/

 

Les ruches

Un peu dans la même idée que les AMAP, les ruches permettent de se mettre en lien avec des producteurs locaux et de leur commander divers produits via internet, pour ensuite récupérer la commande lors de marchés organisés par les responsables de ruches.

Pour trouver la ruche la plus proche de chez soi : https://laruchequiditoui.fr/fr

 

Autres alternatives

D’autres alternatives existent, comme Cagette, plateforme qui recense des AMAP et producteurs locaux, et où il est possible de passer commande.

Libre, sans commission, la plateforme vit des formations qu’elle propose aux producteurs.

https://www.cagette.net/

https://app.cagette.net/group/map?address=lyon

Le collectif Raccourci, est un collectif de circuits courts de l’économie solidaire dans la région lyonnaise, qui inventorie des lieux où retirer des paniers agricoles locaux. Les structures souhaitant faire partie de ce collectif, doivent garantir un système qui tend vers une démarche d’agriculture paysanne et agrobiologique.

Pour plus de renseignements : http://www.raccourci.org/

 

Dons & anti-gaspi’

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire : les banques alimentaires et épiceries solidaires.

Ces espaces sont aménagés afin d’aider les personnes en situation de précarité, et leur fournir des produits à moindre coûts. C’est aussi un moyen de créer du lien et de donner à ces personnes l’accès à un espace convivial.

L’association GESRA, Groupement des Épiceries Sociales et Solidaires en Rhône-Alpes Auvergne :

http://www.gesra.org/presentation-des-epiceries-sociales-et-solidaires

Faire des dons aux banques alimentaires :

https://www.banquealimentaire.org/le-don-de-produits-215

Monter sa propre épicerie solidaire :

https://www.banquealimentaire.org/le-guide-pratique-des-epiceries-locales-195

L’AGORAé, épicerie solidaire pour les étudiants lyonnais.

On y trouve non seulement des produits alimentaires, mais également des produits d’hygiène et autres fournitures.

Si on souhaite en bénéficier : http://gaelis.fr/agorae/aide-alimentaire/devenir-beneficiaire/

 

Agir autrement

& si vous souhaitez agir, que ce soit au niveau de votre alimentation, ou encore donner de votre temps pour une cause, l’association Anciela peut vous aider !

Cette association indépendante, qui est aussi pépinière d’initiatives, a conçu le guide « Agir à Lyon et ses alentours », où l’on peut retrouver des centaines d’initiatives et associations dans la région lyonnaise.

Si vous souhaitez agir : https://www.anciela.info/jai-envie-dagir/

Vous pouvez aussi vous rendre sur le site https://ilestencoretemps.fr/, afin de trouver comment agir en solo ou en groupe, dans la vie de tous les jours ou encore sur internet.

 

Vous voilà maintenant armés afin d’agir sur votre consommation, mais aussi pour la planète !

 

Le p’tit +Toujours dans une idée d’économie sociale & solidaire, rendez-vous sur cet article qui parle de monnaie locale : http://colibre.org/une-monnaie-locale-pourquoi-faire/

Catégories
Humour, détente, loisirs et culture Univers libre

Les boîtes à partage à Lyon

Peut-être avez-vous déjà croisé ces étranges boîtes colorées qui fleurissent sur les places et dans les rues de Lyon. Si ce n’est pas le cas, ce n’est qu’une question de temps. En effet, le phénomène prend une telle ampleur dans la ville, que cette dernière devient un véritable modèle pour les autres métropoles françaises. Notons qu’à l’origine, la Givebox vient d’un concept Suisse/Allemand et ne s’exporte en France que depuis une dizaine d’années.

Le principe ?

Une belle initiative pour échanger entre habitants d’un même quartier, se débarasser intelligemment de ses vieilles affaires, recycler, mais aussi éventuellement apporter une aide matérielle aux moins aisés. Des jeux de société, des livres, de la déco, des vêtements, et des surprises… Et oui, lorsque l’on repère une givebox, on ne sait jamais ce que va trouver à l’intérieur, c’est là tout le charme de la boîte !

Le réseau des boîtes à partage

En 2016, Stéphanie, Lisa et Magali prennent l’innitiative d’implanter à Lyon ces bienfaiteurs de bois. Elles créent ensemble une association ayant pour objectifs d’accompagner gratuitement les personnes ou les structures souhaitant créer leur propre Boîte à Partage afin de développer le concept dans la métropole et même au délà. L’asso’ s’appelle Le réseau des boîtes à partage car elle répertorie les boîtes lyonnaises selon leur localisation, notamment grâce à une carte participative que vous pouvez trouver sur leur site : http://www.boitesapartage.fr/carte.html

L’esprit libre de la givebox, pourquoi ça nous parle ?

 » Liberté, gratuité, inconditionnalité. »

Ces valeurs rappellent évidemment les 4 libertés fondamentale du logiciel libre. Sans prétendre changer le monde, les boîtes à partage sont avant tout un message, rappelant que des alternatives sont possibles, et qu’il tient à chacun de réduire son empreinte écologique. Et leur apparition sont aussi le signe d’une indignation grandissante face à un système économique qui favorise encore la sur-consomation et le gaspillage, au mépris des récents bilans écologiques très alarmants.

 » Les Français demanderaient à l’heure actuelle 1,8 fois plus à la nature que ce que les écosystèmes du territoire français sont en mesure de lui fournir. Depuis le 5 mai 2018, nous vivons à crédit.  »  – wwf

Tout comme le logiciel libre, la givebox est un exemple éthique, qui gagne à être (re)connue.

 

Une initiative accompagnée la Maison Pour Tous – Salle des Rancy

Toujours à la pointe quand il s’agit de solidarité et d’innovation, la MPT Salle des Rancy accompagne ce mouvement avec plusieurs déclinaison de la Boîte à partage. Sur place, vous pourrez trouver :

  • Une bibliothèque partagée et libre
  • La boîte d’échange entre voisins (Boîte à partage)
  • Les bacs des incroyables comestibles (Potager partagé)
  • Le panneau d’échange (conçu pour échanger des services) …

Et encore bien d’autres joyeusetés ! D’ailleurs, si vous souhaitez participer à un tel projet, ou même proposer votre propre idée, allez faire un tour dans la rubrique « Vie citoyenne » de leur site internet – https://www.salledesrancy.com/les-initiatives-accompagnees-par-la-mpt/

 

Une petite visite guidée

 

 

Catégories
Colibre, la Promo Conférences, débats, ateliers Les logiciels, tutoriels et ressources ouvertes Univers libre

Primevère 2018 : Venez rencontrer CoLibre

Les 23, 24 et 25 février 2018, CoLibre sera à Primevère. L’occasion de venir rencontrer équipe pédagogique, promos actuelle et précédentes, de jeter un œil sur les réalisations. L’occasion de découvrir ce parcours de licence professionnelle atypique pour poursuivre vos études, les reprendre ou envisager d’accueillir stagiaire ou projet de communication plein de logiciels et d’esprits libres.

Catégories
Humour, détente, loisirs et culture Médias

Pour une poignée de serious games

Parce que les serious games, c’est bien. Des fois.

Catégories
Les logiciels, tutoriels et ressources ouvertes Univers libre

Quand le monde du libre rencontre celui de l’agriculture 

Open source ecologySur son chemin le monde du libre a fini par rencontrer celui de l’agriculture. Leur projet est de fabriquer des machines libres de droits, sans brevet. Des engins aux buts divers et variés qui permettraient à long terme de pouvoir construire un village en totale autonomie. Leurs objectifs sont de construire des prototypes, de les expérimenter.
Pour en diffuser à tous les plans et mode d’emploi.